Le jardin des délices

 

Mes poèmes - Liens - Moi

 

La cage aux mots

le mardi 22 janvier 2019, à 10:18. Posté par Jocelyne







    Poème composé dans le cadre d’un défi : composer un poème en intégrant le mot cage.




    *******************************************




    La cage aux mots




    Mon innocence il a entaché
    Un lourd silence m'a imposé
    Les mots contenus m’ont étouffée
    Ce monstre, je n'ai pu dénoncer.

    De cette cage, claquemurés,
    Les mots n'ont hélas pu s'échapper
    Le prix du silence j'ai payé
    Pendant d'interminables années.

    Aujourd'hui, les mots ai libéré
    Ils volent sans contrainte, légers,
    Aujourd'hui, me voilà délivrée
    J'avance en toute sérénité.






    ©Jocelyne B.
    8 décembre 2018

<< Retour aux poèmes

 

commentaires ( 17 ) (Ajouter un commentaire)
debbie le mardi 22 janvier 2019, à 10:41
Bonjour Jocelyne, superbe poème qui est de libérer les mots pour se libérer soit même. Car les mots emprisonnés finissent toujours par peser très lourd. J'ai beaucoup aimé ce poème. merci de ce beau partage !
Passe une très belle journée (ici tombe la neige)
Bisous avec mon Amitié sincère
Debbie

scorpionne le mardi 22 janvier 2019, à 10:44
Bonjour Debbie, et merci d'avoir apprécié ce poème. Il faut parfois beaucoup de temps pour libérer les mots.
Très belle journée à toi également. Ici, pas de neige mais du soleil.
Bisous, avec mon affectueuse amitié.
Jocelyne

Rêveuse le mardi 22 janvier 2019, à 10:54

Bonjour chère Jocelyne

Pouvoir "mettre des mots" sur nos douleurs, nos blessures est tellement important , ton poème est remarquable car il montre combien le "silence" vient empoisonner nos vies!
Merci à toi d'avoir pu libérer les mots ......et ainsi libérer ton cœur de ses douleurs!
belle journée et merci du partage très émouvant!
affectueuses pensées et bisous !

scorpionne le mardi 22 janvier 2019, à 11:06
Bonjour chère Rêveuse,
En effet, cela fait un bien fou de libérer les mots. Merci pour tes mots chaleureux et réconfortants.
Belle journée à toi aussi, ma très chère amie.
Gros bisous,
Jocelyne

johan le mardi 22 janvier 2019, à 11:16
Bonjour Jocelyne !
En amour, l'abnégation se transforme presque toujours en prison.
Votre poème est très beau !
Je vous remercie pour ce partage !
Amitiés !
Johan

mariepaule le mardi 22 janvier 2019, à 11:27
Bonjour Jocelyne

C'est une souffrance que ma fille a connu pendant 8 ans, aujourd'hui elle est libérée
Un poème qui m'a fait plongé dans ces années galère, quand le monstre a détruit sa vie et notre lutte pour l'aider à renaître

Marie

scorpionne le mardi 22 janvier 2019, à 14:09
Pour mieux comprendre ce poème, voici un texte que j'ai écrit en 2016 :

Un monstre bien réel


Au sortir de mon enfance, les monstres, ça n’existe que dans les contes et légendes. J’en ai souvent peur mais si je réfléchis cinq minutes, ils ne peuvent pas me faire de mal ; ils ne sont pas réels.

Pourtant, j’en ai rencontré un, un vrai, en chair et en os. Je l’ai rencontré dans un lieu où, normalement, j’aurais dû être à l’abri, un lieu où jusqu’alors, je me sentais en sécurité.

Ce monstre, je le connais depuis que je suis née. Mes frères, mes sœurs et moi partageons son quotidien. Dans la journée, il se comporte normalement. Personne ne peut se douter de ce qu’il me fait subir le soir, quand vient la nuit. Personne n’imagine qu’il abuse de moi. Pour eux, c’est… inimaginable ! Ils ne savent rien, rien de rien, parce que je me tais, parce qu’il a su m’inculquer la honte, le silence. N’importe comment, qui me croirait ?

Je fais bonne figure ; je souris, je ris, je vis ma vie mais au fond de moi, je vis un calvaire, je suis salie. Il m’a pris ce qu’aucun homme ne devrait prendre de force : mon innocence, ma virginité.

Je le déteste quand il se glisse dans ma chambre, que je dis NON et qu’il me touche quand même, qu’il fait toutes ces choses que l’on ne fait pas à une jeune fille à peine sortie de l’enfance.

Heureusement, il s’est marié. J’ai alors été délivrée de ce monstre. Mais il a détruit ma vie. Il me faudra du temps, beaucoup de temps, avant d’oser parler. Soulagement, ma famille m’a crue.

Aujourd’hui, il m’est devenu indifférent. J’ai extériorisé ma colère, ma haine envers lui. Pour moi, il n’existe plus.

Ce monstre, c’est mon frère aîné.


©Jocelyne B.
14 octobre 2016

johan le mardi 22 janvier 2019, à 14:33
Une affectueuse pensée pour vous Jocelyne !
Avec toute mon Amitié !
Johan

Rêveuse le mardi 22 janvier 2019, à 15:07

Ma chère Jocelyne

je suis plus qu'émue à la lecture de ton texte , juste te faire part de toute mon empathie !

je t'embrasse affectueusement avec toute mon amitié!

mariepaule le mardi 22 janvier 2019, à 15:22
Le monstre de ma fille était marocain...
Il est allé en prison, pendant que ma fill se détruisait, elle était arrivée à 35 Kg, elle avait tout juste 18 ans.
Le reconstruction fut longue, et c'est à ce moment là, que j'ai eu mon cancer, je me suis battue par pour moi, je m'en foutais mais juste pour ma puce qui a faillit partir plusieurs fois, la mort n'a pas voulu d'elle et maintenant elle se sent presque bien, tout comme toi Jocelyne elle a repris goût à la vie et a rencontré l'amour.

En te lisant j'ai eu mal, car on ne peux pas tout oublier...

Elle a pardonné et se sent mieux....

Bravo Jocelyne je t'admire
Bisous
Marie

domidom le mardi 22 janvier 2019, à 15:34
Une bien triste histoire, hélas, des monstres de ce genre il y en a beaucoup, toi c'était ton frère, d'autres, pour d'autre, le grand père....
Combien de femmes, voir de gamines ont supporté cette ignominie en gardant le silence, c'est bien de pouvoir en parler, faut-il trouver la force et le courage pour le faire, malgré les années qui passent, ce n'est pas toujours facile d'en parler, se taire est tellement plus simple, c'est mon opinion, certainement pas la meilleure...
Je t'embrasse et je t'applaudis pour ton courage...
Domie .

liameliavq le mardi 22 janvier 2019, à 23:36
Un poème si sublime sur une seule rime
Pour décrire l'abus ignominieux sexuel
Qui continue à faire tant d'innocentes victimes...
Ton talent a d'égal ton courage exceptionnel !

Bravo ma chère et tendre Jocelyne !
Leur arme à ces "salops" c'est le silence....
Et tu as mis des mots sortis de leur cage...

Mon profond respect et ma sincère amitié autant que toute mon empathie.
Je t'embrasse fort ma douce et forte.
LN.

Philip (Jardin de Lune) le mercredi 23 janvier 2019, à 06:39
Bonjour Jocelyne,
Hélène souligne que le poème est écrit sur une seule rime. Cela accentue la douleur du thème, chaque fin de vers claque, comme un coup, puis comme une sentence.
L'approche poétique que tu as choisie et le poème en soi ne peut laisser indifférent. Comme un cri d'alarme. C'est bien. Et la contrainte d'utiliser le mot "cage" correspondait parfaitement au message.
Amitiés et belle journée à toi, Jocelyne.
Philip.

Susan* Coquelicot * le mercredi 23 janvier 2019, à 07:53
Coucou Jocelyne !
Tu es poète et c’est avec ta plume que tu as brisé le silence …
Ainsi tu as libéré tes mots …
Pour peut-être et je l'espère adoucir tes maux …
Merci chère amie pour ton partage très émouvant !
Je te fais de très gros bisous.
Belle journée à toi Jocelyne !
Susan


scorpionne le mercredi 23 janvier 2019, à 11:20
Debbie, Johan, Rêveuse, Marie, Domie, Hélène, Philip, Susan : MERCI pour vos commentaires si chaleureux qui me vont droit au coeur. Le chemin a été long, immensément long, et tortueux. Parler, même très longtemps après, et écrire, m'a permis de me libérer et de continuer d'avancer. J'ai appris à vivre avec, sans que ce soit une souffrance permanente.
Je vous embrasse tous, avec toute mon amitié.
Jocelyne

peauaime le jeudi 24 janvier 2019, à 20:24
Bonsoir Jocelyne,
Pour ce qui est du poème, il est magnifique de la force et du courage des mots qu'il a fallu pour endurer ces maux qui font frémir d'horreur.
Pour ce qui est de l'auteur, je ne savais trouver les mots, l'émotion m'a pris et je n'ai pu t'écrire, sache simplement mon infini respect pour cette âme torturée qui a su trouver un chemin, son chemin.
La plume si légère soit-elle est parfois lourde de sens.
Très amicalement,
Emmanuel

scorpionne le vendredi 25 janvier 2019, à 09:43
Merci, Emmanuel, pour ton commentaire bienveillant qui me touche profondément.
Très amicalement,
Jocelyne

Ajouter un commentaire à ce poème en tant que :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet