Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

“pour l’amour de Dieu...

le mercredi 22 novembre 2017, à 11:36. Posté par taïa preda





    ...ouvre cette porte”!!!

    les cris désespérés
    du capitaine du vol
    en vain se cognaient
    de la porte fermée...

    l’homme solitaire,
    le déserteur de la vie
    était ferme dans sa décision,
    il s’y était serré
    comme dans son propre caveau...

    il ne serait pas parti
    tout seul
    dans le voyage qu’il avait choisi
    pour échapper aux démons
    qui le navraient jour et nuit...

    une porte blindée
    le séparait de la réalité
    qu’il aurait dû affronter...

    il a choisi de mourir
    en héros maudit...

    rien ne comptait plus,
    rien, autre que sa détresse,
    seulement sa sauvage souffrance
    avait pour lui un sens...

    mourir avec les ignares,
    avec les innocents,
    comme un empereur chinois,
    l’aurait consacré, à tout jamais,
    pilote parmi les nuages terrifiés
    par tant de cynisme, par tant de peur
    devant la porte de l’inconnu
    qu’il avait ouverte
    à sa perpétuelle souffrance...

    un peu de pitié,
    s’il vous plaît,
    même pour cette âme
    à tout jamais damnée....

    les autres,
    auront leurs fêtes
    au paradis,
    tandis que lui,
    malheureusement,
    coupable de l’autrui mort
    aussi que de la sienne
    sera reçu en gloire
    directement à l’enfer...

    pourtant,
    sa conscience
    s’est réveillée trop tard
    (j’en suis sûre),
    quand rien n'était plus possible,
    quand tout était irréversible,
    vain, obscur...

    pour l’amour de Dieu,
    ouvrons donc
    la porte de la compassion
    pour ce jeune homme,
    pour ses pauvres parents
    condamnés à pleurer
    un fils malchanceux,
    leur fils bien-aimé
    dispersé parmi les cimes hautaines,
    altérées du sang de ses victimes...

    sur les crêtes
    de l’impassible montagne,
    dispersé parmi les gelées nuées,
    il sera
    à la merci des démons
    qui tortureront
    ce pauvre malheureux
    à tout jamais...

    taïa

    écrit le 29 mars 2015 Après le crash dans les Alpes-de-Haute-Provence(25 mars 2015, avec une infinie compassion pour le co-pilote qui s’est suicidé.

    J'ai choisi ce poème parmi les autres en guise de prière pour ceux qui ont rompu le faible fil de leur vie, avec un geste irréversible. Je vois, j'ai eu ma part de douleur, comme tout le monde et je suis comblée par la compassion pour ces personnes abîmées, par leur souffrance même si, parfois, avec des conséquences malignes. J'aurais dû l'évoquer pour toussaints, mais je ne trouvais plus la poésie, alors la voilà... C'est comme une petite prière à la mémoire de ceux accablés sous le poids de leur douleur intime. Merci pour l'éventuelle lecture.


<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : /10)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 6 ) (Ajouter un commentaire)
Lesmotsbleus le mercredi 22 novembre 2017, à 19:41
Très joli, mais si cet homme a pris cette décision, celle de mettre fin à sa vie, et par conséquent celles d'autres, ceux qui meritent l'enfer, sont ceux qui avaient connaissance de son état mental, autant dire qu'ils lui ont mis une arme entre les mains. Je plains, est ce suffisant, non seulement les familles des victimes et tout autant la famille du pilote. Merci pour cette poésie Taïa.

Lydie Pierrard le jeudi 23 novembre 2017, à 01:08
Pauvres gens qui n'ont pas eu le choix et qui ont été pris dans cette tourmente... et cet homme qui ne voulait pas mourir seul. Que de drames dans ce monde. Paix à leurs âmes.

Lydie Pierrard le jeudi 23 novembre 2017, à 01:10
Je termine. Merci, Taïa. Amitiés. Lydiane.

taia le jeudi 23 novembre 2017, à 10:28
Bonjour Lesmotsbleus, bonjour LydiePierrard.
Merci à vous pour avoir porté la lecture jusqu'à la fin. Les responsabilités restent relatives. nous sommes tous pris par la quotidianité, par notre vie et les incidents nous troublent seulement a posteriori. Nous sommes tous responsables de l'indifférence. J'essaye toujours de me mettre dans l'autrui peau, penser avant de prononcer une sentence, comme je le faisais pendant l'adolescence. De cette manière je reste avec la pitié, apanage de l'empirisme, de l'expérience de la vie. Je vous remercie pour la lecture ; une âme tourmentée pourrait avoir besoin d'une pensée miséricordieuse. Amitiés,
taïa

Susan (Coquelicot ) le vendredi 24 novembre 2017, à 13:56
Cet homme a pris une décision terrible et peut-être que ce drame ne serait pas arrivé, si il avait été mieux suivi, mieux entouré que ce soient familiale ou professionnel …
Je plains tous ceux qui ont été touchés par ce malheur !
Merci Taïa pour ce beau poème.
Bel après-midi. Amitiés.Susan
www.mespoemes.net/susanchevalier


taia le vendredi 24 novembre 2017, à 17:45
Bonsoir, Susan!
Vous avez raison, quelqu'un aurait dû aider ce jeune homme, mais parfois, dans des situations intimes, on préfère cacher les propres angoisses. Personne ne peut juger, J'avoue qu'à l'époque j'ai beaucoup souffert à cause de cette fatalité, et j'ai fait ce que je fais toujours quand je n'ai possibilité aucune d'aider... C'est ma manière de défouler. Merci à vous pour la lecture et pour la compréhension. 
Bonne soirée 
taïa

Ajouter un commentaire à ce poème :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet