Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

UN MIRAGE

le jeudi 20 avril 2017, à 08:39. Posté par Asclepios


    Immensité de mer, mais la mer est de sable
    Et la bouche de sel ; la langue est de nacre.
    Les pieds deviennent pierre, quand apparaît la palme
    Dans l’eau où elle se mire, qui devient l’avenir.

    Etendue des couloirs, portes crachant les râles,
    Silhouettes voutées, suintant des soupirs.
    C’est l’antre de la mort où survient la jeunesse
    En costume de blanc et des yeux d’allégresse.

    On court vers l’oasis, on plonge dans l’oued.
    Mais le sol est si dur sous la chute si raide.
    Et le vautour approche, serres prêtes au festin.

    Ainsi croyais-je en toi, en rêvant ton amour.
    Et tu m’abandonnas au tréfond de ma cour :
    Ce ne fut que fumée, sablier de ma fin.

<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : /10)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaire ( 1 ) (Ajouter un commentaire)
aurorefloreale le vendredi 21 avril 2017, à 14:12
La vie n'est pas toujours fleuve tranquille et quand la vérité éclate, bien glaciale est la banquise qui à perte de vue s'étale... Courage , l'horizon est plein de différents toits toits...

Ajouter un commentaire à ce poème :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet