POEVIE.NET

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Quand l'amour est blessure

le lundi 13 mars 2017, à 21:20. Posté par René


    "Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert"
    Alfred de Vigny

    L'ombre,
    Son ombre,
    Son ombre dans le soir....
    L'ombre,
    Son ombre;..
    Partout autour de moi les choses se souviennent.
    Sa chaise... Son parfum...Ce livre commencé...Cette robe oubliée....
    Les effluves du soir soulignent son absence.
    La tombe du bonheur dans le creux de mon lit....
    La rose se dessèche au vase abandonné

    "Te souviens-tu, nous deux, sous le feu de l'été ?".

    Le silence des choses épouse l'infini.
    La mémoire des heures égrène ma stupeur.
    C'est un temps de poème au mystère douloureux.

    "Qui parle d'abandon?... Que l'amour a trahi ?"

    Les heures du silence... Le silence des heures....
    Les heures de la nuit... Le vide de mon lit...
    Et le creux de mon coeur...
    La langueur de mon coeur...
    La longueur du soir... d'interminables soirs...
    Des soirs de solitude dans l'amour déserté.

    La tombe du bonheur...
    Tant d'heures!... Tant d'heures encore avant le jour !
    Les frais parfums du soir qui annoncent la nuit...
    Et la peine qui suinte aux murs blancs de l'ennui....

    "Qui dit que c'est fini ?... A tout jamais fini ?"...

    Le trou !...Le grand !... L'ENORME TROU de ma vie !...
    Oui, les choses du soir savent trop bien la peine !...
    Tout parle de misère lorsque l'amour a fui.
    Et tant d'heures encor pour la levée du jour.

    Il neige du silence.

    J'ai mal à en hurler dans la mort de ma vie.



<< Retour aux poèmes

 

Donner une note à ce poème ... (Note actuelle : /10)
Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour donner une note à un poème.

 

commentaires ( 5 ) (Ajouter un commentaire)
Ivy le lundi 13 mars 2017, à 23:30
Bonsoir René,
I Know that feeling.

Elle a mal au dedans,
Elle a mal en dehors
Elle a mal en son cœur
Elle a mal dans son corps
Les pensées, de jour comme de nuit
La poursuivent et la hantent
Quand le sommeil cède sa place
Aux souvenirs enfuis
Aux sentiments qui la tourmentent
Quand les nuits se font blanches.
Elle pleure en dedans
Mais aucune larme n'en ressort
Elle a mal au dedans
Elle a mal en dehors
Elle a mal en son cœur
Elle a mal dans son corps

Ivydall 06 02 10

aurorefloreale le mardi 14 mars 2017, à 08:35
Et un jour béni , on renaît loin de l'obscurité de la nuit et s'éclaire à nouveau de douceur à l'aurore un nouveau jour qui nous acceuille pour profiter à nouveau de la vie, grand ressenti à la lecture de ce poème, du déjà vécu pour moi maheureusement, tout dans la vie finit pas s'atténuer pour finalement s'oublier, une chance!
aurorefloreale

guillaume le mardi 14 mars 2017, à 14:39
bonjour rené, j'adore ce poème d'alfred de vigny, et le tien car je ne sais point sil est totalement d'alfred de vigny, ceci-dit c'est un beau poème, et j'adore particulièrement cette phrase : le silence des choses épouse l'infini, et je dirais en toute liberté et en toute humilité, le silence épouse l'infini, le silence et l'expréssion du silence en dit plus long que la parole, voir plus riche que la parole, et je dirais en allant plus loin, que les sourds muets en disent plus longs que les gens qui parlent et qui entendent, je dirais aussi que les aveugles voient clairement les choses , par l'art et la noble vertu d'entendre la richesse des sons purs , vrais, authentiques qui émanent de la bouche d'une personne, que les aveugles sont très capables de ressentir les véritables émotions d'une personne, et de les voir clairement dans son esprit, excuses-moi rené pour ma petite philosophie, mais je pense que tu seras d'accord avec moi, merci pour ce délicieux partage chèr rené, mes amitiès rené. htt^://www mes poèmes.net/funky571/

rivaudais le jeudi 16 mars 2017, à 22:13
I know about me also bur ir's very well. On sent le vécu, la douleur véritable. D'accord Aurore ,c'est vrai on renaît m^me quand on n'oublie pas. Guillaume, seule la phrase en exergue est de Vigny. Merci à vous trois de vos sympathiques -et très (trop ?) gentils- commentaires.

Micheline 1940 le mercredi 22 mars 2017, à 20:06
Bonsoir René,
Ce poème sur l'absence, le souvenir et la douleur est tout simplement magnifique, et comme à vous qui le souffrez et l'écrivez, il me parle intensément, profondément, car il m'apparait comme un texte de compagnonnage de souffrances similaires aux miennes, comme à ceux d'autres gens, frères de peine et de chagrins...
Un bien beau texte qui m'a émue aux larmes !
Bien amicalement,
Micheline.

Ajouter un commentaire à ce poème :

Vous devez être connecté sur Mespoemes.net pour poster un commentaire.

 

 

Mes poèmes - Forum - Livre d'or - Liens - Moi

 

Hébergé gracieusement par MesPoemes.net - Créer un site internet